samedi 26 janvier 2013

Mi humain, mi robot ?

Ça vous tente, une petite virée dans la cybernétique, la robotique et autres nanotechnologies ? Que diriez-vous d’avoir une kyrielle de robots à vos ordres ? D’être entouré de petites bêtes électroniques qui font tout à votre place ? Plutôt alléchante, cette idée…On ferait moins d’efforts, on n’aurait même plus besoin de penser à nous, car un bonhomme fait de circuits et d’écrous le ferait à notre place. On aurait tout le temps de se consacrer pleinement à notre travail et nos activités.
Homo sapiens, Homo cybersapiens...

Si on pousse le vice un peu plus loin…que diriez-vous d’être vous-même un robot ? D’avoir des microrécepteurs dans le crâne pour commander à distance un ordinateur ? D’être recouvert de capteurs pour être hypersensible à son environnement et même de ressentir l’émotion des gens autour de nous ? De créer la vie avec des ordinateurs ? Autrement dit, accepteriez vous de fusionner avec les technologies, pour devenir un post humain, une nouvelle espèce dont les auxiliaires ajoutés seraient son prolongement artificiel…Toute technologie utile à l’homme lui permettrait de « s’augmenter », c'est-à-dire d’améliorer ses capacités cérébrales, biologiques et génétiques. Et ceci via la nouvelle ère technologique qui s'annonce, le NBIC (neuro, bio, informatique, cognitif).

Voilà ce que défendent les transhumanismes. Et c’est complètement aberrant.

Ces mecs là sont riches, intelligents et puissants. Tout ce qu’il faut pour s’incruster partout et imposer progressivement leur vision. Ils fondent des écoles comme l'Université de la Singularité et attirent les meilleurs chercheurs pour créer une élite qui sera à la tête de leur monde. Un monde où il faudra lutter pour cacher ses sentiments à autrui. Un monde où on pourra se pirater les uns les autres. Un monde où les hommes n’auront plus besoin des femmes pour se reproduire. Et un monde où il n’y aura pas la place pour tous les êtres humains qu’il y a déjà sur la terre, alors ne parlons même pas de ceux qui arrivent à grande vitesse. On sera sans cesse en train de surpasser son prochain, nous amenant dans un système de concurrence perpétuelle avec n'importe quel autre être humain.

Il s’agit en fait d’une sorte d’extermination de l’espèce humaine. Tout ceux qui ne veulent pas s’y plier ou plutôt qui ne peuvent pas se le payer – et là on touche 90 % de la population mondiale – disparaitront purement et simplement. Bionique contre biologique, à votre avis, qui gagne ?

Source: uppercult.fr

Car le but ultime bien sur, c’est de devenir immortel. On stockerait notre conscience sur des disques durs.
Cogitez, et pour plus de renseignements, veuillez visionner « Un monde sans humains » de Philippe Borrel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire